Accès à l'Extranet client
Menu

Récupérer des locaux abandonnés par le locataire

Récupérer des locaux abandonnés par le locataire

 Les locaux abandonnés par le locataire peuvent faire l’objet d’une procédure simplifiée de récupération depuis le décret du 10 août 2010 dont voici quelques extraits.

 

 

« Peut être formée par requête, présentée dans les conditions prévues par le présent chapitre, la demande tendant à voir constater la résiliation du bail en application de l’article 14-1 de la loi du 6 juillet 1989, en vue de la reprise des locaux abandonnés.

 

Par la même requête, peut également être demandée la condamnation du locataire au paiement des sommes dues au titre du contrat de bail. 

  

 

La requête est remise ou adressée au greffe par le bailleur ou tout mandataire. Outre les mentions prescrites par l’article 58 du code de procédure civile, elle est accompagnée des pièces justificatives, dont le procès-verbal d’huissier de justice visant à établir l’abandon. 

 

 

S’il ressort manifestement des éléments fournis par le requérant, notamment du constat d’inoccupation des lieux et d’un défaut d’exécution par le locataire de ses obligations, que le bien a été abandonné par ses occupants, le juge du tribunal d’instance constate la résiliation du bail et ordonne la reprise des lieux. Le cas échéant, il statue sur la demande en paiement.

 

 

Lorsque l’inventaire contenu dans le procès-verbal de l’huissier de justice fait état de biens laissés sur place, le juge statue sur leur sort : il désigne les biens ayant une valeur marchande et peut autoriser leur vente aux enchères publiques faute d’être récupérés dans le délai prévu à l’article 6 et déclarer abandonnés les biens qui ne sont pas susceptibles d’être vendus, à l’exception des papiers et documents de nature personnelle qui sont placés sous enveloppe scellée et conservés pendant deux ans par l’huissier de justice.  

Si le juge rejette la requête, sa décision est sans recours pour le bailleur sauf, pour celui-ci, à procéder selon les voies de droit commun. 

 

 

L’ordonnance faisant droit à la demande et la requête sont conservées à titre de minute au greffe. Le greffe garde provisoirement les pièces produites par le bailleur à l’appui de la requête ; elles sont restituées au bailleur sur sa demande dès l’opposition ou, passé le délai d’opposition, sur justification de la signification de l’ordonnance.

 

En cas de rejet de la requête, cette dernière est restituée au requérant avec les pièces produites. 

 

Une expédition de l’ordonnance revêtue de la formule exécutoire est signifiée, à l’initiative du bailleur, au locataire et aux derniers occupants du chef du locataire connus du bailleur. »  

Publié le 10/02/2014

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier